[ACTU COMITE] CATHERINE PANZANI, ELUE AU COMITE DE SKI ALPES PROVENCE



Catherine Panzani fait partie des trois femmes élues, au Comité directeur du CSAP, avec Sabine Auzet-Pey et Corinne Rambat, lors de la dernière Assemblée générale qui s’est déroulée le 10 octobre dernier. Troisième volet de présentation avec son interview.

Catherine Panzani, 47 ans, aixoise et originaire d’Aix en Provence, est fortement attachée à Praloup depuis 1974, où elle venu la première fois petite fille chaque année en vacances avec ses parents et est toujours revenue au même endroit. Mère d’un jeune garçon de 9 ans, elle se présente et nous raconte son parcours d’étudiante, sa vie professionnelle et sa perception de la place qu’elle pourrait occuper au sein du Comité.

« J’ai fait énormément de déplacement en France et à l’Etranger au cours de ma carrière professionnelle toujours dans le milieu informatique. J’ai fait tout mon parcours de scolarité à Aix, une formation jusqu’en 2ème cycle dans la Finance internationale, et en 3ème cycle dans le Management et technique en informatique, et en système d’information. J’ai embrayé derrière mes études en tant que consultante pendant longtemps dans de grands groupes comme IBM. Maintenant, je suis employée au sein d’une importante société de Fret maritime basée à Marseille en tant que responsable informatique. Je ne travaille qu’en langue anglaise avec tous les pays du globe. Au début de la crise sanitaire, ça commençait le matin très tôt avec des gens de Singapour et finissait le soir avec des gens du Chili…

Mon fils est rentré pour sa 4ème année au Club culturel omnisports de Praloup. Il était sur les skis à un an… Pour ma part, j’ai beaucoup skié, j’étais une tête brulée mais ma blessure au genou m’a un peu freinée... Je fais de l’escalade, j’ai beaucoup grimpé dans les Calanques, la Sainte Victoire et les Alpilles. Je suis membre du comité directeur au CCO Praloup, secrétaire au bureau depuis 3 ans. Ainsi, je me suis dit pourquoi pas aussi aider le Comité, faire remonter les informations et aussi les faire redescendre pour les clubs. Je suis une « hyperactive», une touche-à-tout, s’il y a des besoins, je suis preneuse. C’est plus dans cette démarche que je me suis présentée aux élections, que dans une stratégie quelle qu’elle soit. Je ne connais personne pour le moment au sein du Comité directeur. Au CCO Praloup, et sais aussi dans mon caractère, j’essaye de me positionner toujours en « facilitateur » et surtout ne jamais rentrer dans des polémiques. Comme dans mon métier, j’essaye d’arrondir les angles pour arriver au consensus. J’aimerais aider dans la prise de décision… si je peux. Je ne viens pas d’un milieu sportif mais si on me demande de me positionner au sein du Comité, c’est dans cet esprit que le ferai comme je le fais déjà au sein du CCO Praloup.

Pour l’avenir du Comité, je n’ai pas assez de recul et prendre la mesure de l’impact de la crise qu’il y aura sur nos structures et nos clubs. Globalement, aujourd’hui, nous n’avons pas le choix : il faut avancer, essayer de se projeter au mieux même si c’est compliqué, rester dans une optique positive quitte à se remettre en question, par le biais de nos outils informatiques, par notre mode de fonctionnement et de notre travail, etc… Il faut tenir compte de la réduction de notre activité tout en réfléchissant à comment palier à des évènements qui pouvaient nous apporter des « revenus ».

Il faut continuer à y croire, on s’en sortira. Ce sera avec de nouvelles manières de travailler, de réfléchir. Je ne vois pas pourquoi on arrêterait le ski, même si on a des contraintes supplémentaires, au contraire c’est salvateur ! »