« LE CLIMAT, UN FORT IMPACT SUR NOS PRATIQUES ET LA FORMATION EN SKI » FABIEN SAGUEZ, DTN DE LA FFS,

FABIEN SAGUEZ DIRECTEUR TECHNIQUE DE LA FEDERATION FRANCAISE DE SKI:"Skier, skier, skier! Et pas seulement s’entrainer ! Revenez à une démarche globale! »

« Un changement de paradigme » aurait pu être le début du discours de Fabien SAGUEZ directeur technique national (DTN) de la FFS venu exposer lundi les préoccupations actuelles de la maison « mère » (FFS) en introduction du colloque technique 2019 destiné chaque année aux entraîneurs d’Alpes Provence et organisé par le CSAP (conjointement pour cette édition, par les commissions alpine et nordique).

« Nous ne pouvons plus malheureusement nier un changement environnemental certain. Changement climatique indéniable dû au réchauffement de la planète bien sur, ce qui impacte fortement nos pratiques et nos habitudes dans le monde du ski, mais aussi changements institutionnels car les lignes bougent autour et au sein de la Fédération (avec la nouvelle Agence national du sport notamment)» pose le DTN comme postulat.


La neige se faisant de plus en rare, plusieurs alternatives s’offrent à nous : les glaciers certes (français mais eux aussi très touchés par la fonte, suisses, italiens et autrichiens) mais dont l’affluence rend l’organisation des entraînements parfois compliquées pour les coachs, les dômes (français, allemands…) mais pour les pratiquants de moindre niveau, ces infrastructures n’offrent pas toujours des conditions optimales pour les skieurs de moindre niveau, les tapis roulants qui se développent de plus en plus, et pour le ski nordique, le tunnel d’Oberhof en Allemagne; toutes sont des pistes intéressantes. Enfin outre s’envoler vers l’Hémisphère Sud l’été, qui selon Fabien Saguez reste la solution suprême pour les structures qui ont les financements, il faudra désormais cesser de skier l’été. « Avec ces conditions d’enneigement qui nous obligent à chercher les meilleurs sites pour s’entrainer, nous avons de gros problèmes pour planifier les stages et la scolarité des athlètes dans les CIE et autres pôles, explique Sandrine AUBERT, Conseillère Technique et Sportive au CSAP. « Il faut prolonger le plus possible la saison, rétorque Fabien Saguez, profiter dès le début et ce au maximum jusqu'à la fin de la saison. Et pourquoi ne pas faire une rentrée anticipée? Skier, skier, skier! Et pas seulement s’entrainer ! Revenez à une démarche globale! » tance-t-il aux entraîneurs.


LES JEUNES PROMOTEURS DE LA MONTAGNE


Cette injonction a permis de rebondir sur le sens des apprentissages et l’actuel point de vue de la FFS en la matière. « Il faut avoir en tête que nous cherchons à former des individus, biens dans leur vie, passionnés et promoteurs de la montagne. C’est le seul objectif. C‘est cette passion qui nous anime tous ! Prenez vos jeunes dans toute leur globalité (« approche holistique » selon l’intervenant Thierry ROULLAND spécialiste des habilités mentales) » Fabien Saguez parle d’approche multifactorielle «qui fait appel à tous les sens, sensitif, visuel, auditif, avec une prise d’informations plurielle autour de soi ». Le projet du jeune doit rester « son » projet et non pas celui de l’entraîneur ou du club, ni celui de la famille quoi que celle-ci doit être écoutée et complètement intégrée au projet. « Si le jeune ne va pas au bout de son cursus scolaire et sportif en CIE ou dans un autre pôle, quel est le problème ? s’interroge le DTN. Il faut laisser la place au sujet « atypique », chacun son parcours, chacun sa chance ! ».


Enfin l'importance du jeu, du plaisir et de la pratique ludique reste un aspect fondamental dans la pédagogie. Aux entraîneurs qui s’inquiètent en pleine saison, des plannings surchargés, du manque de temps pour faire « autre chose que du piquet" - un incontournable pensent-ils pour être au top la veille des courses, Fabien Saguez insiste encore : « Pourquoi vouloir s’obstiner à faire du Slalom avant une compet' de Slalom? Et pourquoi ne pas proposer aux jeunes une activité complètement différente? » Et de poursuivre : « A la Fédé, nous avons décidé de cesser la pression sur les U16 et leurs résultats. Finies les courses internationales, exceptée l’OPA. Par exemple, rien ne vous obligent à faire participer vos meilleurs compétiteurs à toutes les manches des Écureuils d’or… »

Enfin, toujours dans la même veine, Fabien Saguez a rappelé que le rôle de l’entraîneur en club est d’être un formateur, voire un éducateur. La Fédération et les Comités se chargent d’entraîner des athlètes à des fins de haut niveau. Mais les clubs doivent se focaliser sur les apprentissages, quitte à insister sur le modèle, la démonstration peu utilisée par le coach selon le DTN. « Inutile de visionner une vidéo de Clément Noel ! C’est une erreur, une perte de temps. Allez sur le terrain, n’oubliez pas : faites du ski ! Restez dans l’activité, restez dans la pratique ».

1 vue